Histoire de garder la forme : Rio sec

Pas si sec que ça le fameux rio ! Depuis le temps que j’en entendais parler, l’idée d’aller faire ce canyon de la Vésubie me trottait pas mal dans la tête. Seulement voilà, le rio sec, comme son nom l’indique, est un canyon sec. Et personnellement, un canyon sans eau, je trouve que ça perd de son charme, surtout lorsqu’il s’agit d’aller se jeter dans des vasques croupies dont l’odeur imprègne la combi des jours durant.

Sur le parking amont Sur le parking amont

Profitant donc des conditions climatiques du moment pour le moins humides, nous décidons avec Renaud que le seul jour de soleil de la semaine serait peut-être le jour pour aller voir par nous-même de quoi il retourne dans ce rio sec. Le rendez-vous est pris, et c’est donc ce jeudi 6 février que nous nous retrouvons sur le parking aval. Il est 10h, le thermomètre annonce 1°C mais il fait grand beau. Un coup d’oeil sur la fin du canyon pour vérifier qu’il coule bien, mais pas trop, et c’est parti en direction d’Utelle. La route nous offre une belle vue sur le versant d’en face et la cascade finale de la Peïra : superbe !

Marche d'approche : la neige pas loin Marche d'approche : la neige pas loin

Au parking amont, juste sous le village, la température est montée de 2°C mais le soleil est bien présent, de même que la neige à quelques mètres à peine au dessus de nous. Équipement, vérification du matos et nous voilà fins prêts pour attaquer le canyon. Comme indiqué dans les topos, la marche d’approche nous amène juste en aval de la station d’épuration du village et c’est dans une vague odeur de m… que nous commençons la descente. Heureusement, cette désagréable impression de nager dans les rejets du village nous quittera assez vite. La couleur de l’eau, elle, ne donne pas envie de boire la tasse : jaunâtre et très trouble. Les sauts, ce ne sera pas pour aujourd’hui. En même temps, ni moi, ni Renaud n’avons envie de mettre la tête sous l’eau !

Le passage sous l'arche et la première fois qu'on se mouille vraiment ! Le passage sous l'arche et la première fois qu'on se mouille vraiment !

Nous attaquons donc la partie amont du canyon sous un beau soleil qui nous réchauffera durant une bonne partie. L’eau est froide et saisit aux mains mais nous avons connu bien pire. Les cascades s’enchaînent bien, certaines très jolies. On se mouille un peu (et parfois beaucoup) dans les rappels et la plupart des vasques de réceptions sont suffisamment profondes pour nous obliger à nager un peu. Beau décor, tantôt assez ouvert, tantôt encaissé, tantôt minéral, tantôt végétal. La cascade de 30m est superbe ! L’équipement est tout neuf et en abondance (un peu trop ?) et de nombreuses cordes en place nous font gagner du temps. Des guidés installés nous autorisent même à éviter de trop nous mouiller dans certaines cascades. Même si je suis contre l’idée de laisser des cordes à demeure, j’avoue que c’est pratique !

La superbe C30 La superbe C30

Entre l’amont et l’aval du canyon, une partie un peu moins intéressante avec un peu de marche et des mini-rappels qui obligent beaucoup de manips. Mais après la passerelle, de nouveau les beaux rappels s’enchainent jusqu’à la fin du canyon.

Une bien belle découverte donc que ce rio sec. Nous y retournerons sûrement cet été après un bel orage pour pouvoir jouer un peu plus sous les nombreuses cascades.

Ce contenu a été publié dans Sorties perso, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *